Les Bols Tibétains

Publié le Mis à jour le

L’origine de ces bols remonterait à l’âge du bronze.

Venus d’extrême orient, via la Mongolie, ils auraient été introduits au Tibet par des forgerons nomades adeptes du Chamanisme.

Les Bols Tibétains :

Les Bols Chantant Ils se rattachent à la culture pré bouddhiste animiste chamaniste Bön de l’Himalaya d’où leur nom, souvent employé, de ” bols tibétains “.

L’origine de ces bols remonterait à l’âge du bronze. Venus d’extrême orient, via la Mongolie, ils auraient été introduits au Tibet par des forgerons nomades adeptes du Chamanisme. Ils sont fabriqués actuellement au Népal, en Inde, au Bhutan et au Tibet.

Les bols chantants sont normalement constitués d’un alliage de sept métaux représentant 7 planètes du Système Solaire : l’or (le Soleil), l’argent (la Lune), le mercure (Mercure), le cuivre (Venus), le fer (Mars), l’étain (Jupiter), le plomb (Saturne).

La légende dit que le fer employé aurait une origine céleste et viendrait de météorites ramassées dans I ‘Himalaya. Chaque artisan garde néanmoins ses secrets et les alliages diffèrent suivant l’origine de la fabrication : riches en argent et en étain pour les bols d’origine tibétaine, plus riches en cuivre pour les bols fabriqués au Népal qui ont une teinte laiton pâle. Les bols sont obtenus en martelant une plaque de métal sur une forme qui laisse des traces de façonnage sur le pourtour.

Quoi qu’il en soit, on peut affirmer que l’usage des bols chantants constitue un excellent support à la relaxation, à la méditation et peut aider à entrer en transe.

Le travail au BOL tibétain s’avère intéressant pour traiter certaines douleurs. En faisant sonner le bol les vibrations émises pénètrent le corps et l’onde en se propageant agit comme un massage en profondeur, les cellules ainsi traversées sont ré harmonisées.

 

« Sont deux instruments pour les rituels sacrés.
La Dril-bu symbole Yin/féminin
Le Dorjé : Yang/masculin, “foudre-diamant”.
Objet rituel, représentant symboliquement un noyau central flanqué
d‘une fleur de lotus d‘où jaillissent deux groupes de flammes.
Symbole masculin du chemin qui mène à l‘illumination. » « Sont deux instruments pour les rituels sacrés.
La Dril-bu symbole Yin/féminin
Le Dorjé : Yang/masculin, “foudre-diamant”.
Objet rituel, représentant symboliquement un noyau central flanqué
d‘une fleur de lotus d‘où jaillissent deux groupes de flammes.
Symbole masculin du chemin qui mène à l‘illumination. »

Objets rituels du Tibet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s